•  

    Grippe A : Sanofi rappelle 800 000 doses de vaccins pédiatriques aux USA

    Mercredi 16 décembre 2009         source: http://news.doctissimo.fr/grippe-a-sanofi-rappelle-800-nbsp-000-nbsp-doses-de-vaccins-pediatriques-aux-usa_article6282.html

    autres sources: http://www.viva.presse.fr/Sanofi-Pasteur-a-rappele-800-000_13114.html 

     

    Hier, le Centre américain de contrôle et de prévention des maladies (CDC) a indiqué le retrait du marché de 800 000 doses de vaccins pédiatriques contre la grippe H1N1 fabriqués par le laboratoire Sanofi-Pasteur. Il s'agit de seringues pré-remplies destinées aux enfants de 6 mois à 3 ans.

    Lors d'un contrôle de routine, le laboratoire s'est aperçu que le vaccin avait perdu en efficacité, au total quatre lots sont concernés. "Il n'y a pas de problème de sécurité" a rassuré le CDC. Le vaccin est donc "sûr" mais moins efficace. Néanmoins, cette perte d'efficacité ne nécessite pas que les enfants soient de nouveau vaccinés, sauf dans le cas de la deuxième injection recommandée pour cette tranche d'âge, a précisé le CDC.

    L'enquête pour déterminer l'origine du problème est actuellement en cours. Au total, plus de 80 millions de doses de vaccins ont été distribuées dans le pays depuis le début de la campagne de vaccination contre la grippe A mi-octobre.


    Sarah Laîné

    Source :
    Non-Safety-Related Voluntary Recall of Certain Lots of Sanofi Pasteur H1N1 Pediatric, CDC - 15 décembre 2009
    PHOTO : SOLAL/SIPA
     ***************

    l'efficacite du  vaccin ne fait pas le moindre doute... il est inefficace et pourtant la Big pharma essaye de rassurer tout de même en disant "cette perte d'efficacité ne nécessite pas que les enfants soient de nouveau vaccinés,...". Ce qui est étrange c'est que les gouvernement qui ont passé la commande ne demande pas de remboursement ?

    La Big Pharma nous prend pour des cons , ça c'est une certitude ! 

     

    Nervyoko

    **************** 


    votre commentaire
  • La confession arrogante de Blair sur l’Irak

    Mardi 15 Décembre 2009

     

    source: http://www.alterinfo.net/La-confession-arrogante-de-Blair-sur-l-Irak_a40361.html 

     

     «Blair, dans l’interview dont il est question dans cet article d’Atwan, affirme que ce fut sa « foi », qui lui donna la force et le courage de prendre des décisions impopulaires. Ce « croyant » fut anglican, et puis il se convertit au catholicisme fin 2007 après avoir rencontré le Pape. Avant et après il ne cessait de raconter des mensonges en causant le massacre de centaines de milliers de personnes, et il persévère en affirmant, comme on va le voir, qu’il serait prêt d’inventer d’autres fausses raisons pur justifier les crimes de sa bande. Tout cela grâce à sa « foi » ! Il est curieux qu’après de tels aveux, ce criminel ne soit pas encore excommunié par les autorités religieuses officielles et que les puissances civilisatrices de la planète n’aient pas encore déclaré la guerre aux extrémistes de son genre. En revanche, ceux qui ont repris son flambeau en France et en Europe, viennent nous parler maintenant de la menace « existentielle » que représente la présence musulmane en Europe ! L’on peut se demander si ce n’est un autre volet du même projet ? »

     




    La confession arrogante de Blair sur l’Irak

    Abd-ul-Bari Atwan

    14/12/2009



    http://www.alquds.co.uk/

    http://www.abdelbariatwan.com/



    Tony Blair, l’ex-premier ministre britannique a choqué beaucoup de monde en Grande Bretagne, en reconnaissant qu’« il serait allé à l’invasion de l’Irak même s’il savait à l’avance que le régime du Président Saddam Hussein ne possédait pas d’armes de destruction massive ».



    Pis encore, Blair a déclaré qu’il aurait trouvé d’autres motifs pour justifier l’invasion, car l’objectif principal c’était de changer le régime à Bagdad et de renverser son président Saddam Hussein, coûte que coûte.



    Ces déclarations de Blair furent données lors d’une interview avec la présentatrice d’un nouveau programme sur les religions à la BBC, où Blair a défendu sa croyance religieuse et la sincérité de sa nouvelle foi dans le catholicisme qu’il avait embrassé il y deux ans.



    Il se peut que ces déclarations aient surpris beaucoup de monde en Grande Bretagne, que ce soit au sein de l’élite politique ou bien dans les classes populaires, mais elles n’ont certainement pas surpris des gens comme nous, qui furent une minorité à s’opposer à la guerre, et à insister sur l’existence d’un complot américain imaginé par les néoconservateurs américains, dont la plupart furent des juifs pro-israéliens, afin de viser et d’humilier les Arabes et les musulmans.



    L’ex-président américain George Bush fut le premier à révéler ce complot en déclarant qu’il lancerait une « croisade » contre l’islam et les musulmans. Ses conseillers ont essayé d’atténuer la brutalité de ses déclarations, tantôt en affirmant qu’il s’agissait d’un « lapsus », et tantôt qu’il ne voulait pas dire ce mot au sens littéral, et qu’il s’agissait d’une « expression linguistique ».



    Cependant Blair affirma dans la même interview que l’expression « croisade » fut utilisée intentionnellement pour décrire une coalition « anglo-américaine » qu’il a définie en tant que « religieuse ». Il ajouta que l’Islam fut au centre de plusieurs conflits majeurs à travers le monde, et qu’il y avait une attente des conflits internes entre les musulmans eux-mêmes.



    L’Irak fut visé parce que Saddam était devenu une menace pour Israël et l’hégémonie occidentale, ainsi que pour les provisions en pétrole. L’enlever de la carte politique et militaire de la région était devenu crucial pour assurer la supériorité militaire israélienne.



    Les témoignages données par des officiers britanniques avant la commission d’enquête sur la guerre en Irak présidée par Sir Chilcot, ont révélé que Blair considérait de forcer un changement de régime en Irak depuis 1998, soit presque deux ans avant que les néoconservateurs américains n’aient adopté la même stratégie. Plus important, ces officiers ont aussi déclaré que Blair avait signé un document s’engageant à faire la guerre en Irak avec George W. Bush un an avant l’invasion, et qu’il avait systématiquement négligé les points de vue de ses ministres ou des députés, voire même du Lord Goldsmith, le procureur général, qui lui avait conseillé que l’invasion de 2003, à l’époque et dans ses circonstances diplomatiques, serait illégale vis-à-vis de la loi internationale.



    Blair mentit au peuple britannique, au parlement et même à son cabinet, et continua à répéter ces mensonges même après la fin de la guerre et la découverte de ses conséquences catastrophiques pour le peuple irakien et pour toute la région. Quand il parlait au parlement de la capacité du régime irakien à développer des armes biologiques, chimiques et nucléaires pour attaquer la Grande Bretagne et ses intérêts, il savait très bien que ces armes n’existaient pas, tout comme il l’était quand il affirmait que le président irakien pouvait sauver sa vie et son régime en coopérant avec les équipes d’inspection de l’ONU.



    Ces deux raisons fabriquées pour envahir l’Irak sont les mêmes que celles qui ont assuré la légalité d’un « procès » pour faire venir Saddam Hussein devant la justice et l’exécuter en un temps record, parce qu’ils savaient très bien que la durée de vie de leurs mensonges allait être courte et que le peuple irakien avait déjà compris l’ampleur de la catastrophe.



    Tous les discours à propos des violations des droits de l’Homme par Saddam et de sa violence contre son propre peuple furent des bombes fumigènes pour cacher le vrai but de la guerre, qui était de détruire l’Irak de l’intérieur et de l’extérieur en déchirant son tissu social et son héritage culturel, en détruisant son identité nationale et en le noyant dans un conflit ethnique et sectaire.



    Blair a aussi admis que la relation spéciale avec le président Bush fut au cœur de ses décisions politiques. Il n’aurait pas laissé tomber Bush en hésitant à engager la Grande Bretagne dans les guerres en Afghanistan et en Irak.



    L’Irak et l’Afghanistan furent les victimes de cette lamentable croisade, dont les promesses de transformer ces deux pays en des modèles régionaux de prospérité, de stabilité et de bonne gouvernance, se révélèrent risibles.



    Est-ce une coïncidence que ces deux pays musulmans sont classés par Transparence Internationale, parmi les plus corrompus dans le monde, juste après la Somalie ?



    Les confessions de Blair ne doivent pas rester sans conséquences. Elles doivent être utilisées par des experts juridiques pour faire venir la Grande Bretagne et ses cohortes devant le tribunal de crimes de guerre à la Cour Internationale de Justice à la Haye.



    Le changement de régime par la force militaire et sans justification légale, est une violation manifeste des conventions de Genève et des lois internationales, comme le Lord Goldsmith l’expliqua clairement à Tony Blair quand ce dernier lui avait demandé son avis avant l’invasion.



    Le peuple irakien a perdu deux millions et demi de martyrs dont un million pendant les sanctions qui durèrent 13 ans avant la guerre. Il y a deux millions de veuves et quatre millions d’orphelins. Quatre autres millions d’Irakiens sont déplacés à l’intérieur et à l’extérieur de leur pays. L’infrastructure irakienne a été complètement détruite tout comme le cadre de son business ; les classes moyennes irakiennes subissent des pertes sans aucun espoir d’une compensation matérielle par la coalition envahissante.



    Il est malheureux que ces gouvernements arabes se plaignant actuellement du déséquilibre stratégique dans la région à cause de l’absence de l’Irak comme une force pouvant faire face à un Iran en expansion, jouèrent un rôle central dans le soutien au projet « Blair-Bush » enraciné dans une croisade contre l’islam et les musulmans. Il est aussi malheureux que des Irakiens, à tort ou à raison, tombent dans le même piège. Hélas, beaucoup de ces Arabes continuent dans la même erreur en se préparant à participer dans une guerre tellement similaire contre l’Iran.



    Blair est reçu avec hospitalité dans la plupart des capitales arabes en tant qu’envoyé du Quartet pour la Paix au Moyen Orient, alors que dans les capitales européennes il est reçu avec des œufs pourris et des appels à le juger en tant que criminel de guerre depuis que ses mains sont tâchées du sang de millions d’Irakiens innocents.



    Sûrement, il est temps de mettre un terme à ce paradoxe honteux ?


    votre commentaire
  • Prix de la lutte contre le racisme et l’antisémitisme : quelle imposture ! 
    Hortefeux : le bon et le mauvais racisme

    Olivier Bonnet      Lundi 14 Décembre 2009

     

     

    L
    es bras nous en tombent : l’indigne Brice Hortefeux, ex ministre de la Honte nationale, fonction dans laquelle il eut l’occasion de démontrer son grand humanisme, vient de recevoir le prix de la lutte contre le racisme et contre l’antisémitisme, décerné par l’Union des patrons et des professionnels juifs de France, nous apprend Le Figaro : "Qualifiant de « poison pour notre République » l’antisémitisme, le ministre a annoncé la nomination prochaine d’un préfet, au sein de son ministère, chargé de coordonner la lutte contre le racisme et l’antisémitisme. Ce préfet aura « une autorité suffisante sur les acteurs de la sécurité pour, en lien avec le préfet de police et les directeurs généraux de la police et de la gendarmerie, préparer les décisions qui s’imposent chaque fois que nécessaire, pour prévenir et réprimer ces actes inadmissibles », a expliqué Brice Hortefeux". Première remarque : est-il nécessaire de nommer un préfet spécialement dévolu à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme, quand il suffit d’appliquer la loi française ? "Condamnant les dégradations découvertes dimanche à la mosquée de Castres, poursuit Le Figaro, le ministre a rappelé qu’un « programme de subventions pour la sécurisation des lieux de cultes et des structures culturelles de la communauté juive portant sur cinq ans » avait par ailleurs été mis en place depuis 2004. Quinze millions d’euros ont ainsi été investis dans ce « programme de travaux » qui a notamment permis la sécurisation, par alarme et videosurveillance, de « 349 bâtiments, dont 107 écoles et crèches, 81 associations et centres communautaires et 161 synagogues". C’est tout de même incroyable que le ministre réagisse à la profanation d’une mosquée en faisant le bilan de la protection des... synagogues ! Les musulmans français ne se sentent-ils pas un peu les dindons de la farce de la pseudo lutte sarkozyste contre le racisme ? Ce Hortefeux récompensé du prix de la lutte contre le racisme n’est-il pas le même qui déclarait, parlant des Arabes : "Quand il y en a un ça va. C’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes" ?
    Ainsi y aurait-il un bon et un mauvais racisme ? Le bon racisme anti-musulmans, anti-basanés, que l’on flatte en cultivant l’amalgame entre délinquance et immigration, voire en suggérant des causes ethniques à la criminalité, le bon racisme que l’on cajole histoire de serrer les rangs électoraux, à grands coups de débats sur l’identité nationale, clin d’oeil appuyé à l’extrême droite et boîte de Pandore pour l’expression décomplexée de la xénophobie. Et puis il y a le mauvais racisme, et d’abord celui qui frappe les blancs, qu’une Elizabeth Lévy ne craint pas de dénoncer courageusement (sic), persuadée de faire oeuvre de briseuse de tabous quand elle ne fait que hurler avec les loups (de la réacosphère comme des bistrots). C’est la posture du refus de "la repentance", du fait qu’on ait "tout le temps l’impression de s’excuser d’être Français", comme l’avait dit l’inénarrable Nicolas Sarkozy himself. C’est l’exaltation du "rôle positif de la colonisation". C’est la stigmatisation systématique sur l’air du "ces gens-là ne veulent pas s’intégrer". Outre le "racisme anti-Français" qui mobilise nos pathétiques Superdupont, il y a un autre mauvais racisme, à condamner la main sur le coeur pour se refaire une virginité humaniste : l’antisémitisme. Rappelons que la judéophobie, terme préférable, n’est qu’un avatar du racisme, que la lutte contre ce dernier ne se circonscrit pas à elle. Or ce pouvoir qui fait pratiquer par sa police la chasse aux faciès, celui qui entend trier les immigrés par région d’origine - tout en niant hypocritement tout critère ethnique - ne semble jamais vraiment se mobiliser que pour voler au secours de la communauté juive. Entendons-nous bien : nous n’avons aucune forme de complaisance pour la judéophobie. Mais lorsque ce bon maire UMP parle de "dix millions payés à rien foutre", vise-t-il les juifs ? Si l’antisémitisme est "un poison pour la République" comme dit Hortefeux, nous en connaissons un autre, que l’idéologie sarkozyste injecte à haute dose dans l’opinion, envers lequel la droite est si complaisante : la légitimation des discriminations anti-Arabes, anti-noirs, anti-assistés, anti-pauvres... Une phrase de l’article du Figaro a attiré notre attention : "Depuis 2003, les actes antisémites sont recensés à la fois par la police-gendarmerie et le service de protection de la communauté juive, qui confrontent leurs données (plaintes et déclarations) pour établir en commun les statistiques définitives." Un service de protection de la communauté juive ? Et maintenant un préfet à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme ? Schizophrénie ou manipulation : ce communautarisme que le pouvoir fait mine de fustiger, cet ennemi de la République laïque, il n’a en réalité de cesse de le cultiver précieusement.



    http://www.plumedepresse.net


    votre commentaire
  • UNFPA : Le contrôle démographique au menu du Sommet de Copenhague

     

    25 novembre 2009

    source: http://www.solidariteetprogres.org/article6036.html

     
    UNFPA : Le contrôle démographique au menu du Sommet de Copenhague
    25 novembre 2009 - 17:49

    25 novembre 2009 (Nouvelle Solidarité) - Alors que les révélations sur les méthodes scientifiques de la Climatic Research Unit de l’Université d’East Anglia, dont les données ont servi de base aux travaux du GIEC, révèlent l’ampleur de la fraude derrière la propagande du réchauffement climatique, le dernier rapport du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) en confirme l’objectif : réduire la population mondiale. Après sa publication le 18 novembre, la ministre danoise du Développement a immédiatement annoncé que son gouvernement souhaitait que la limitation démographique figure dans l’accord devant être conclu lors du sommet sur le climat de Copenhague, qui se tiendra le 7 décembre.

    « Le PIB/ habitant et la croissance démographique ont été les principaux moteurs de la hausse des émissions de carbone pendant les 3 dernières décennies du XXe siècle », clame l’UNFPA. Il affirme que « les changements climatiques pourraient devenir beaucoup plus extrêmes – voire, peut-on penser, catastrophiques », à mesure que « la croissance démographique distance la capacité de la terre à opérer les ajustements nécessaires ». Malthus, es-tu là ?

    « La croissance démographique compte parmi les facteurs qui influent sur le volume total des émissions, tant dans les pays en développement que dans les pays industrialisés. Dans une population donnée, chaque nouveau venu consommera des vivres et aura besoin d’un logement, et de manière générale, la plupart utiliseront des moyens de transport qui consomment de l’énergie, ainsi que du combustible pour chauffer leur maison et avoir accès à l’énergie électrique. » L’UNFPA propose donc de prendre les mesures nécessaires pour limiter le nombre de « nouveaux venus » afin que la population mondiale ne dépasse pas les 8 milliards d’individus, au lieu des 9 à 10 milliards escomptés. Leur principale recommandation est d’apprendre aux femmes des pays ravagés par la mondialisation financière à faire moins d’enfants…

    Rien d’étonnant toutefois lorsque l’on regarde qui a présidé à la rédaction de ce rapport. Robert Engelman n’est pas un employé de l’ONU, mais le directeur du WorldWatch Institute fondé en 1974 par Lester Brown et grâce aux largesses de la fondation Rockfeller. Pur produit des élites financières anglo-américaines (Institut Aspen, Council on Foreign Relations), Lester Brown est un fanatique avoué du Révérend Thomas Malthus, celui qui promouvait les thèses anti-population de l’Empire britannique au XIXe siècle. A titre anecdotique, c’est Lester Brown qui a été « l’inspiration du Grenelle de l’environnement » (dixit Jean Louis Borloo).
    Pour vous donnez une idée claire des thèses promues par ces gens, voyons l’extrait d’un article de Robert Engelman publié en juin dernier dans la (très sérieuse ?) revue Scientific American, alors qu’il travaillait aux conclusions du rapport de l’UNFPA :

    « La croissance démographique de notre espèce depuis sa naissance en Afrique il y a 200 000 ans, a clairement contribué à cette crise. Si la population mondiale s’était stabilisée autour de 300 millions – un niveau que les démographes pensent être celui de la période de la naissance du Christ jusqu’à l’an mille, soit l’équivalent de la population actuelle des Etats-Unis – nous ne serions pas assez pour engendrer un déplacement des zones côtières, même si nous conduisions tous un Hummer. Au lieu de cela, nous avons continué à croître pour atteindre, selon les prévisions, 9,1 milliards d’ici la moitié du siècle. » Il s’agit donc de nous renvoyer au Moyen Age.

    Mais en réalité, une telle croissance démographique est tout simplement impossible au rythme où l’on va. La famine touche déjà plus d’un milliard de personnes, 2 milliards ne disposent pas d’eau potable, la majorité de la population mondiale n’a pas accès à un véritable système de santé, et ces maux touchent désormais de plus en plus les pays « riches ». Pour sortir de cet effondrement économique général, nous n’avons d’autre choix que de déclarer la guerre à l’oligarchie financière et en finir avec la mondialisation.


    votre commentaire
  • Le mythe du déficit de la sécu !!! 50 secondes de lecture à couper le souffle.

     

    L'ASSURANCE MALADIE 


    50 secondes de lecture à couper le souffle.

     

    source: alterinfo 



    Pour combler le déficit de la sécu, nos chers gouvernants ont trouvé que le
    mieux, c'était encore de nous faire payer...
    Dorénavant, sur une consultation médicale, nous versons 1 euro,
    Nous sommes restreints lors de nos arrêts maladie ...
    Nous devons consulter un généraliste avant de voir un spécialiste ...
    Pour tout traitement de plus de 91 euro, nous en sommes de 18 euro de notre
    poche,
    Taxe de 0,50c sur les boites
    etc.......

     
    Toutes ces mesures sont destinées à combler le fameux trou qui est à ce
    jour de 11 milliards.


    Or, savez-vous que :


    - Une partie des taxes sur le tabac, destinée à la Sécu, n'est pas reversée
    : 7.8 milliards
    - Une partie des taxes sur l'alcool, destinée à la Sécu, n'est pas reversée
    : 3.5 milliards
    - Une partie des primes d'assurances automobiles destinée à la Sécu, n'est
    pas reversée : 1. 6 milliards
    - La taxe sur les industries polluantes destinée à la Sécu, n'est pas
    reversée : 1,2 milliards
    - La part de TVA destinée à la Sécu n'est pas reversée : 2.0 milliards
    - Retard de paiement à la Sécu pour les contrats aidés : 2.1 milliards
    - Retard de paiement par les entreprises : 1.9 milliards
    En faisant une bête addition, on arrive au chiffre de 20 milliards d'euros.


    Conclusion , si les responsables de la Sécu et nos gouvernants avaient fait
    leur boulot efficacement et surtout honnêtement,
    les prétendus 11 milliards de trou seraient aujourd'hui 9 milliards
    d'excédent.
    Ces chiffres sont issus du rapport des comptes de la Sécu.
    Faites circuler ce message.


    A force de tourner, il arrivera peut-être un jour sur le bureau d'une tête
    pensante censée passer son temps à gérer l'argent des contribuables.
    Si les pouvoirs publics étaient vraiment convaincus qu'il nous faut
    consommer 5 fruits et légumes par jour pour sauver notre santé
    et donc l'assurance maladie, ils supprimeraient la TVA sur ces produits !

    Cordialement.
    Evelyne DUBIN
    Secrétaire Générale Adjointe au Directeur GénéralINDL

    Institut National du Développement Local
    Avenue Michel Serres
    BP 32
    47901 AGEN Cedex 9
    tél : 05.53.48.06.74
    fax : 05.53.48.06.71
    mob: 06.72.19.53.50
    mail: e.dubin@indl.fr

    Samedi 21 Novembre 2009
    f.rosec@laposte.net


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique