• H1N1 : grand écart sur l’Atlantique

    H1N1 : grand écart sur l’Atlantique

     

    La campagne de vaccination qui bat son plein au États-Unis consiste en une "vaccination" par spray nasal de Flumist (littéralement "brouillard de grippe") contenant 3 souches VIVANTES de virus de la grippe. Il est clairement mentionné dans la notice du Flumist que celui-ci peut rendre malade et contagieuse pendant trois semaines toute personne aux défenses immunitaires faibles, ce qui est le cas de plus de la moitié de la population américaine.

                                                                                                                                                          jycrevel@gmail.com Vendredi 13 Novembre 2009

     
    Huile de requin vs Brouillard de grippe


    Euro-squalène contre US-Flumist 

    Dans ces conditions, on se réjouit que ce "vaccin" américain soit strictement interdit en Europe ! Reste à relever que si les USA utilisent le Flumist avec tous les risques que cela implique, c’est pour une raison toute simple : suite aux procédures intentées par les vétérans de la 1ère guerre du golfe, le squalène est interdit par une loi fédérale dans tous les USA. C’est le même squalène que contient le vaccin Pandremix pour lequel Madame Bachelot "invite" les entourages des nourrissons à ses faire piquer.

    La quantité moyenne de squalène injectée chez le soldat U.S. par la vaccination contre l’anthrax pendant et après la guerre du Golfe était de 34,2 microgrammes par litre. le vaccin Pandremix contient 10,68 mg de squalène par 0,5 ml. Cela correspond à 21,36 grammes par litre, soit un million de fois plus de squalène par dose. (source : site Internet The Military Vaccine Resource Directory & document officiel de l’EMEA)

    L’étude retenue par le juge de la Cour fédérale américain pour interdire l’usage du squalène révèle que ce fut l’autre cause du Syndrome de guerre du golfe chez 25% des 697.000 soldats américains. Si on considère que 175.000 des 697.000 soldats furent officiellement reconnus affectés par le syndrome de la Guerre du Golfe et qu’un quart l’étaient par le squalène, on arrive au résultat suivant : l’usage du squalène au faible dosage américain provoquait des dégâts plus ou moins graves dans 6,28% des cas. A quoi pouvons-nous nous attendre avec un dosage 1 million de fois supérieur ? Malheureusement, je crains que nous n’allons pas tarder à le savoir.

    Résister, une question vitale

     

    Il faut rendre hommage au 90% de médecins qui ont courageusement résisté aux injonctions et aux manœuvres d’intimidation de Mme Bachelot, dont l’irresponsabilité ne s’explique que par sa carrière de chargée de communication de l’industrie pharmaceutique, (ICI Pharma puis Soguipharm) carrière qu’elle a simplement poursuivie au ministère de la Santé. Cet exemple de résistance du milieu médical éclaire nos concitoyens qui s’apprête eux-aussi à résister à la campagne honteuse visant d’abord à culpabiliser les parents puis à manipuler la population par des mensonges éhontés tel que celui qui figure sur "l’invitation" : "La qualité, la sécurité et l’efficacité des vaccins utilisés ont faits l’objet d’une étude rigoureuse de la part des autorités sanitaires dans le cadre des autorisations de mise sur le marché (AMM)." Pour que vous soyez réellement informés, voici la mise en garde et les conseils avisés d’un neurochirurgien réputé :

    Personne ne devrait accepter le vaccin contre la grippe porcine
    il s’agit d’un des vaccins les plus dangereux jamais conçus. Il contient un adjuvant nommé squalène (MF-59) . Il a été montré que ce produit pouvait provoquer de graves maladies auto-immunes comme la sclérose en plaques, l’arthrite rhumatoïde et le lupus. Il s’agit de l’adjuvant vaccinal qui a été mis en cause dans le syndrome de la Guerre du Golfe qui a tué plus de 10.000 soldats et provoqué une augmentation de 200% de la maladie de Lou Gehring (sclérose latérale amyotrophique ou maladie de Charcot (ALS), maladie mortelle. Le virus H1N1 tue en provoquant une « tempête de cytokines », entraînant le système immunitaire à réagir de manière excessive. C’est la raison pour laquelle il tue des jeunes personnes et provoque une maladie plus légère chez les personnes plus âgées dont le système immunitaire est davantage affaibli. Ce vaccin est un puissant stimulateur de l’immunité qui rend le virus capable d’une beaucoup plus grande létalité .

    La meilleure protection est la vitamine D3. Il faudrait dès que possible en prendre 5000 UI (IU en anglais) par jour et quand la maladie commence à s’étendre, augmenter la dose jusqu’à 15.000 UI par jour. La vitamine D3 module la réaction immunitaire, réduisant le risque de réactions excessives. Elle stimule le corps à produire ce qu’on appelle des peptides antimicrobiens (antimicrobial peptides) puissants destructeurs de virus qui ne font pas intervenir l’immunité. L’effet est proportionnel à la dose administrée. Plus la dose de vitamine D3 est élevée, meilleure la protection. Les huiles de poisson contribuent également à réduire une réaction immunitaire excessive. Une cuillère à café par jour serait suffisante. ( La meilleure est l’huile de poisson Norvégienne au citron Carlson ) . En cas de symptômes graves, prendre une cuillère à café deux fois par jour. Divers antioxydants peuvent aussi être utiles comme le curcuma, le « quercetin », l’extrait de pépin de pamplemousse, la vitamine C , ainsi que la vitamine E naturelle. Un apport multi minéraux/vitamines est aussi essentiel. Puis-je vous demander de répandre ce message. Les gens doivent savoir comment se protéger.

    Dr RUSSELL L. BLAYLOCK, M.D.


     Source: Alterinfo


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :