• CONFERENCE INTERNET DE LYNDON LAROUCHE 1er août 2009

    source : http://solidariteetprogres.org/article5645.html

     

    Le 25 juillet, Lyndon LaRouche a annoncé qu’entre les 12 et 15 octobre prochains, la plupart des pays allaient entrer dans un processus de désintégration accélérée. Les Etats-Unis joueront le rôle de détonateur, à moins d’un changement profond et soudain ; c’est tout l’enjeu de la conférence internet de samedi, où Lyndon LaRouche poursuivra son dialogue ouvert avec les institutions américaines en particulier, mais aussi avec des responsables d’autres pays.

    D’ici à l’automne, les banques et grandes sociétés américaines devront publier leurs comptes annuels et les manipulations comptables et financières apparaîtront en plein jour. Dans le même temps, 48 des 50 Etats américains sont en situation de faillite virtuelle, et nombre d’entre eux ont déjà épuisé leurs fonds d’indemnisation du chômage dont le nombre d’allocataires est passé de 2,5 millions en 2007 à 10 millions aujourd’hui. La révolte sociale gronde. L’économie mondiale dépend de la relative stabilité du dollar, et l’implosion des Etats-Unis provoquera une dépréciation vertigineuse du billet vert.

    Dès sa conférence du 11 avril, Lyndon LaRouche a engagé les hostilités contre la prise de pouvoirs dictatoriaux d’Obama et de ses conseillers sur le système de santé, c’est-à-dire sur la vie des citoyens américains. Depuis, une opposition institutionnelle s’est levée pour dénoncer la nature de cette réforme similaire au programme T-4 de l’Allemagne nazie, et qui, pour le président Obama, pourrait bien devenir son Waterloo. Parallèlement, Lyndon LaRouche a évoqué un gouvernement de substitution prêt à remplacer l’administration Obama et à prendre l’initiative de former une nouvelle architecture financière internationale allant contre la mainmise des intérêts monétaristes anglo-américains.

    Cette conférence lui permettra aussi de poursuivre le dialogue avec la Russie, la Chine et l’Inde, qui seraient les premiers piliers de cette initiative conduisant les Etats souverains à prendre les commandes de leur économie.

    Mais rien n’est fait et les soixante prochains jours seront déterminants. Nous devons en Europe et en France nous rallier à ce front.

    ---------------

    source : Alterinfo 

     

    Pour le meilleur ou pour le pire, situation révolutionnaire aux Etats-Unis

    Mercredi 05 Août 2009

    Comme nous l’annoncions la semaine dernière, les Etats-Unis sont pris dans un processus de désintégration qui emportera la plupart des pays du monde d’ici à l’automne si rien n’est fait. L’espoir qu’avait suscité l’élection d’Obama est en train de se transformer en colère : la nouvelle présidence américaine a poursuivi le renflouement de Wall Street pour un montant avoisinant les 24 000 milliards de dollars. Pour s’attaquer au déficit public, Washington a préféré s’en prendre aux malades plutôt qu’aux spéculateurs, tout en laissant croître un chômage qui avoisine les 30% de la population active et en laissant tomber en faillite 48 des 50 Etats américains, qui doivent procéder à des coupes massives dans les services publics. De retour dans leurs circonscriptions pendant le mois d’août, les élus au Congrès de Washington font face à la colère de leurs concitoyens qui en sont déjà au stade du lynchage verbal.

    Philadelphie, Pennsylvanie, 2 août 2009

    Austin, Texas, 1er août 2009

     

     

    Long Island, New York, 22 juin 2009

    Les militants du LaRouche PAC nous ont rapporté que la colère des gens qui se rendent à ces réunions pour demander des comptes à leurs élus n’est pas causée par le chômage, la réforme de la santé ou les coupes dans les services publics, mais par tout. A leurs tables militantes, ils rapportent de nombreux cas de personnes piquant des crises irrationnelles, mais aussi plusieurs cas de gens qui, en voyant cette folie, adhèrent au LaRouche PAC, convaincus qu’il leur faut agir.

    Si en France, la situation peut paraître plus calme, cela pourrait rapidement changer. L’Etat à donné 5 milliards d’euros à BNP Paribas et la première banque française s’apprête à verser un milliard en bonus à ces traders (qui doivent probablement être en train de spéculer sur le pétrole où l’hyperinflation à venir). N’avaient-on pas aboli les privilèges il y a 220 ans de cela, la nuit du 4 août 1789 ?


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :